Slide background

Satellites

Une flotte de satellites météorologiques observe la Terre 24 heures sur 24

Le premier satellite météorologique, Tiros 1, a été lancé il y a plus de cinquante ans. Aujourd’hui, une vaste flotte de satellites météorologiques est en orbite au-dessus de la Terre pour observer notre temps et notre climat

EUMETSAT exploite actuellement une flotte de six satellites météorologiques : Meteosat-8,-9,10 et 11, ainsi que Metop-A et Metop-B. L'Organisation opère également les satellites Copernicus Sentinelle-3A et 3B, dédiés à la surveillance des océns et dont il diffuse les données océaniques, tout comme les données des satellites océaniques Jason-2 et Jason-3.

Les futurs programmes satellitaires comprennent les prochaines générations des satellites Meteosat - Meteosat Troisième Génération (à partir de 2021) – et les satellites Metop – Metop-C (à partir de 2018) et Metop-SG (à partir de 2021). Les futurs programmes de surveillance des océans incluent Jason-CS.

 

Meteosat-11

Lancement : 2015
Programme : Meteosat Seconde Génération (MSG)
Orbite : géostationnaire / 36 000 km
Instruments principaux : SEVIRI (imageur visible et infrarouge amélioré non dégyré) ; GERB (Bilan radiatif de la Terre depuis l’orbite géostationnaire)

Slide background
Slide background
Slide background

Depuis 1977, les satellites météorologiques d’EUMETSAT de première et de seconde générations fournissent des données météorologiques et climatiques pour l’Europe et plus loin encore, depuis une orbite géostationnaire à 36 000 km au-dessus de la surface de la Terre.

Les données fournies par les satellites Meteosat sont essentielles aux prévisions météorologiques quotidiennes, notamment pour l’observation en temps réel de conditions extrêmes – telles que les tempêtes ou le brouillard – lors de leur développement.

Quatre satellites de seconde génération évoluent actuellement en orbite :

  • Meteosat-11 est le principal satellite géostationnaire opérationnel. Positionné à 0 degré, il fournit des images du disque terrestre complet toutes les 15 minutes.
  • Lancé en 2012 Meteosat-10 fournit le service de balayage rapide (RSS) et transmet à intervalles encore plus fréquents (toutes les 5 minutes) des images de l’Europe, de l’Afrique du Nord et des mers adjacentes.
  • Lancé en 2005 Meteosat-9 sert de satellite de réserve à ses deux successeurs.
  • Meteosat-8, lancé en 2002, est en service au-dessus de l’océan Indien.

Ses données sont particulièrement utilisées pour surveiller les cyclones tropicaux et les tempêtes de poussières, ainsi que pour les prévisions météorologiques. Le système embarqué de collecte de données joue un rôle important dans le Système d’alerte aux tsunamis dans l’océan Indien. Cliquer ici pour voir la vue la plus récente...

  • Cliquer ici pour voir le lancement de Meteosat-11 (appelé MSG-4 jusqu’à ce qu’il soit opérationnel).

Qu’est-ce que l’orbite géostationnaire ?

Un satellite placé en orbite géostationnaire à 36 000 km tourne autour de la Terre à la même vitesse que cette dernière : il reste donc en permanence au-dessus du même point de la surface de la Terre. Ainsi, le satellite peut surveiller constamment la zone terrestre qui se trouve dans son champ de vision.

Légende : Vue constante de la Terre prise par Meteosat-11 à 36 000 km au-dessus de l’Équateur

Le système sol de Meteosat

La station sol principale qui reçoit les données des satellites Meteosat Seconde Génération – par exemple, Meteosat-11, se situe à Fucino (Italie). Une station de secours existe également à Maspalomas (Grande Canarie).

Les stations sol représentent le moyen de communication principal entre les satellites Meteosat et le Centre de contrôle des missions d’EUMETSAT à Darmstadt (Allemagne). Les données brutes sont relayées via la station sol au centre de contrôle pour y être traitées avant leur transmission aux utilisateurs.

Metop-B

Lancement : 2012
Programme : système polaire d’EUMETSAT (EPS)
Orbite : Polaire / 817 km d'altitude
Instruments principaux : IASI (interféromètre atmosphérique de sondage dans l’infrarouge) ; GOME-2 (expérience n°2 de surveillance de l’ozone à l’échelle du globe) ; AVHRR (radiomètre de pointe à très haute résolution/3) ; ASCAT (diffusiomètre avancé) ; GRAS (récepteur du système mondial de navigation par satellite pour les sondages atmosphériques) ; HIRS (sondeur en infrarouge à haute résolution spatiale) ; AMSU-A (sondeur amélioré à hyperfréquence A1 et A2) ; MHS (sondeur d’humidité micro-ondes) ; A-DCS (système avancé de collecte des données)

Slide background
Slide background
Slide background

Les trois satellites météorologiques en orbite polaire de la série Metop constituent le système polaire EUMETSAT (EPS). Les satellites emportent une charge utile de huit instruments principaux l’observation atmosphérique, terrestre et océanique.

Metop-A lancé en 2006, a la particularité d’être le premier satellite européen en orbite polaire. Le suivant de la série, Metop-B, a été lancé en 2012, remplaçant Metop-A en tant que satellite principal. Les deux satellites continueront à fonctionner parallèlement aussi longtemps que Metop-A continuera à profiter aux utilisateurs. Le lancement du dernier satellite de la série, Metop-C, est programmé pour 2018.

Les données fournies par les satellites Metop sont essentielles pour prévoir le temps jusqu’à 10 jours d’échéance ainsi que pour surveiller le climat et l’environnement.


Qu’est-ce que l’orbite polaire ?


Partage des systèmes satellitaires

Les satellites Metop représentent la contribution de l’Europe à l’accord IJPS (Système polaire initial commun), conclu entre EUMETSAT et la NOAA. Les satellites Metop évoluent sur une orbite basse de la Terre correspondant au « matin » local, tandis que les États-Unis sont chargés de couvrir « l’après-midi » avec leur satellite Suomi NPP.

Système sol de Metop

Les données des satellites Metop sont reçues par la station sol principale située à Svalbard dans le cercle Arctique, ainsi que par une station sol américaine à McMurdo, en Antarctique.

Les stations sol sont le moyen de communication principal entre les satellites Metop et le Centre de contrôle de mission d’EUMETSAT à Darmstadt (Allemagne).

 

Jason-3

Lancement : 2016
Programme : Copernicus
Orbite : orbite basse 
Instruments : altimètre Poséidon-3 ; AMR (radiomètre micro-ondes avancé) ; DORIS (Orbitographie Doppler et Radiolocalisation Intégrée par satellite) ; GPSP (charge utile de localisation) ; LRA (Réseau de réflecteurs laser)

Slide background
Slide background
Slide background
 

Jason-3 a été lancé le 17 janvier 2016 pour poursuivre la collecte de données sur la hauteur de la surface des océans depuis l’espace, une mission qui a débuté en 1992 avec le lancement de Topex-Poséidon.

Le satellite est positionné sur une orbite à 1 336 km d’altitude et ses observations précises des variations de l’élévation de la surface de la mer fournissent aux scientifiques des informations sur la vitesse et la direction des courants océaniques, ainsi que sur la chaleur précises dans l’océan. Ces informations révèlent à leur tour les variations climatiques mondiales.

Ces mesures sont constamment étalonnées au moyen d’un réseau de marégraphes. Le niveau moyen de la mer à l’échelle mondiale est estimé après déduction des variations (saisonnières et autres).

En plus de mesurer la hauteur de la surface marine, Jason-3 fournit des données sur la vitesse des vents et la hauteur des vagues à l’échelle mondiale.

 

Mesure de la hauteur de surface de la mer par altimétrie radar

La combinaison des données de plusieurs altimètres satellitaires permet d’obtenir une vue d’ensemble plus précise de la hauteur des océans, en constante évolution. Les tourbillons de turbulence parsèment les océans. Ces tourbillons constellent la hauteur de surface de la mer et se trouvent dans tous les bassins océaniques majeurs.

Vidéo proposée par le JPL/NASA

Sentinelle-3

Lancement : 2016 et 2018
Programme : Copernicus
Orbite : orbite basse / 814 km
Instruments principaux : OLCI (détermination de la couleur des surfaces continentales et océaniques) ; SLSTR (radiomètre de mesure de la température des surfaces continentales et océaniques) ; SRAL (altimètre radar à synthèse d’ouverture).

Slide background
Slide background
Slide background
 

Les satellites Sentinelle-3 de Copernicus surveillent les océans, les terres émergées, la glace et l’atmosphère et fournissent des informations essentielles pour les prévisions océaniques et météorologiques.

EUMETSAT exploite les satellites, avec le soutien de l'ESA, et fournit les données océaniques, l’ESA fournissant les données sur les terres émergées.

 

 

Centre de contrôle de mission

Une fois qu'un satellite est lancé, la réussite d’une mission dépend de la capacité à suivre sa progression, à recevoir ses données et à lui transmettre des télécommandes.
Le Centre de contrôle de mission d’EUMETSAT est relié à un réseau de stations sol principales et de secours, réparties dans toute l’Europe.

Avec deux salles de contrôle – l’une destinée aux missions géostationnaires et l’autre aux missions en orbite basse – le Centre de contrôle de mission fournit le soutien nécessaire à l’exploitation sécurisée de tous nos satellites.

Les équipes de contrôleurs de satellites et de segments sol travaillent jour et nuit – 24 heures par jour, 7 jours par semaine – avec le soutien d’opérateurs et d’ingénieurs de maintenance d’astreinte.

 


Centre de contrôle de Meteosat


Centre de contrôle de Metop/Jason

 

Les contrôleurs de mission disposent de tous les outils nécessaires à la surveillance des aspects liés aux commandes de vol, aux opérations satellitaires et aux communications.

Par exemple, une fois qu’un satellite est en orbite, le centre est chargé de le suivre et de le contrôler. Pour ce faire, les contrôleurs transmettent des télécommandes pour modifier l’attitude ou l’orbite du satellite et le surveillent attentivement pour s’assurer qu’il fonctionne correctement. Ils contrôlent également les instruments embarqués et, le cas échéant, envoient de nouvelles instructions.

La télécommande des satellites est hautement automatisée. Chaque système satellitaire utilise un système de planification de mission et un système de dynamique de vol afin de produire un programme hebdomadaire automatisé. Ce programme sert à envoyer des procédures automatisées aux satellites et aux installations au sol.

La vérification de la bonne réalisation des procédures revient au système de contrôle et de commande au niveau de la télémesure du satellite et des installations au sol. Ce système permet également de surveiller le bon fonctionnement du satellite.

Points clés


  • EUMETSAT exploite actuellement une flotte de six satellites météorologiques : Meteosat-8, -9, -10 et 11, ainsi que Metop-A et Metop-B auxquels s’ajoutent les deux satellites Sentinelle-3 de Copernicus. L’Organisation diffuse les données des satellites de surveillance des océans Jason-2 et Jason-3.
  • Les satellites Meteosat sont cruciaux pour les prévisions météorologiques quotidiennes, notamment pour la surveillance en temps réel de conditions extrêmes – telles que les tempêtes ou le brouillard – lors de leur développement.
  • Les satellites Metop fournissent des données essentielles pour prévoir le temps jusqu’à 10 jours d’échéance ainsi que pour surveiller le climat et l’environnement.
  • Jason-3 poursuit la collecte de données d’observation du niveau de la mer depuis l’espace, entamée en 1992 avec le lancement du satellite Topex-Poséidon.

Autres lectures (en anglais uniquement)

Meet our winners!

Back in June we began our "Clean-up your space" contest and since then, we have received many fantastic entries - in fact we were overwhelme ...

Read more
Space, as seen by you

We've had lots of space-related captures sent in to us lately and there have been some amazing results - what a talented bunch you are! ...

Read more
Copernicus: Europe's eyes on Earth

You might have heard us mention Copernicus before - not only on the Learning Zone, but regularly on our social media posts. However, in case ...

Read more
Le concours Learning Zone 2018 est maintenant ouvert !

Nous vous avons écoutés... Vous avez été nombreux à nous faire part de propositions très intéressantes pour le thème du concours 2018. Nous ...

Read more